L’ère Heisei

Écrit par  Jan 01, 2007

Un mélange entre le traditionnel et moderne

 

C’est actuellement l’Empereur Akihito qui dirige le « pays du soleil levant », il succède à son père Hirohito. D’un point de vue politique l’Empereur n’a pratiquement pas de pouvoir, c’est essentiellement le premier ministre, Yoshiro Mori, qui gère la plupart des affaires. Il y a toujours les deux chambres qui séparent le pouvoir législatif, du pouvoir exécutif. L’Empereur ayant peu de pouvoir conserve quand même son caractère « divin ». Alors que le gouvernement devient moderne, certaines lois ne changent pas, comme par exemple celle de la peine de mort. En effet la peine capitale n’a pas été abolie au Japon, elle condamne des personnes ayant commis de graves crimes. On peut voir là encore l’attachement du gouvernement à certaines pratiques, puisque l’exécution du châtiment est toujours la pendaison. Même si politiquement le pays ne change pas énormément, économiquement il avance toujours plus vers la modernité.

De nombreuses sociétés sont créées, elles produisent des articles de vente de plus en plus modernes. Cette idée de vouloir toujours proposer des produits nouveaux, peut venir d’une ancienne tradition liée à un culte. En effet d’anciens principes religieux attachaient beaucoup d’importance à l’éphémère et au renouveau. On peut donc voir à travers certaines entreprises le désir perpétuel de l’évolution. Les entreprises doivent cerner comment marche la société de consommation, cela leur permet de faire de nombreux profits. Comme dans beaucoup d’autres pays industrialisés, les premiers à être touchés par le pouvoir qu’a l’entreprise sur la société de consommation, sont les jeunes. Premièrement les adolescents en général raffolent de choses nouvelles jugées à la mode, de plus avec les nombreuses publicités ils sont complètement manipulés. Par exemple un jeune s’achète le premier tome d’une série de mangas, il le lit et l’adore. Alors il achète toute la collection, puis le DVD de la version animés qui est sortie et ainsi de suite.

Mais paradoxalement à cette maîtrise du consommateur, la hiérarchie dans le monde de l’entreprise peut nous faire penser à l’époque féodale. En effet on remarque que les patrons ont énormément de pouvoir sur leurs employés. Les travailleurs sont donc oppressés et en quelques sorte menacés par leur patron. Ils font tout pour garder leur travail et le patron en profite pour les exploiter le plus possible. En parallèle à cela les entreprises japonaises forment une vraie famille. Leur but est le même : faire prospérer l’entreprise. De plus il peut y avoir des liens plus ou moins intimes entre les employés, tout en travaillant le mieux possible. Pour avoir une idée de l’ambiance dans les entreprises, on peut lire Stupeurs et tremblements d’Amélie Nothomb, qui nous décrit son intégration dans une entreprise japonaise.

 

Dans de nombreux mangas des allusions sont faites sur la société japonaise, sur son histoire et aussi beaucoup sur la psychologie. On voit dans les mangas l’oppression du jeune japonais traversant les différentes épreuves de la scolarité, ou encore la pression familiale. Malgré ce que l’on croit un manga peut être très riche en informations, mais il est tout d’abord un objet de détente et une des nombreuses façons qui permet aux Japonais de tout âge de s’évader et parfois même de se détacher un peu du monde réel.



Hinata

Ancienne membre de Japan World. Certains de ses dossiers et fiches sont restés sur Japan World.

Laissez un commentaire

En postant un commentaire sur Japan World vous êtes en accord avec ses mentions légales et vous l'autorisez à enregistrer vos données.

Informations

Tous les textes ont été rédigés par Japan World, sauf si mentions contraires. Si vous souhaitez les utiliser, nous vous remercions de respecter le travail en indiquant la source.

Suivre Japan World

Publicité

logo Japan World : Japon

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.